Les sceaux du Plateau Picard

Contenu de la page : Les sceaux du Plateau Picard

Qu’est-ce qu’un sceau ?

Au Moyen-âge, le sceau était le moyen d’authentifier un écrit. À partir d’une matrice gravée dans du métal, le sceau était imprimé en relief sur une cire le plus souvent. Il comporte au centre une représentation emblématique et sur le pourtour une inscription, souvent en latin, identifiant le personnage, la ville, l’abbaye, l’église, etc.

Identification et utilisation des sceaux

Primitivement le sceau était collé directement sur le manuscrit : c’est le sceau plaqué.
Au milieu du XIIe siècle, le sceau devenu trop lourd était attaché soit par une bande de parchemin. C’est le sceau appendu. Ce dernier entraîne l’apparition sur l’autre face d’un contre-sceau. La forme ronde resta utilisée par les rois et les grands seigneurs. La forme en navette apparue au XIIIe siècle était réservée aux dames et membres du clergé. La grande époque du sceau se situe entre 1250 et 1350.

Toute personne possédant ses droits civiques pouvait posséder un sceau. Le simple paysan gravait lui-même son sceau dans un morceau de bois. L’apparition des notaires dont la signature faisait foi, fit perdre de l’importance à l’usage du sceau pour les petits actes.

Aujourd’hui encore les documents comme la Constitution sont toujours revêtus du sceau de la République. Le ministre de la Justice est le Garde des sceaux de la République. Le fait que la matrice métallique était fondue à la mort de son propriétaire et la fragilité de la cire fait la rareté actuelle des sceaux.

Où peut-on admirer des sceaux ?

Tout d’abord aux Archives nationales. Mais y pénétrer n’est pas facile. Les inventaires datent pour la plupart du siècle dernier et les subtilités de rangements des tiroirs sont difficilement accessibles. De plus, on ne peut y voir que des reproductions exécutées à partir de moulages. Les Archives départementales possèdent aussi des sceaux. Mais, là encore, il est très difficile d’en obtenir un inventaire.
De plus de nombreux départements ne possèdent pas d’atelier de moulage. Il est donc impossible d’obtenir des reproductions. En outre des sceaux de Picardie ou des Flandres peuvent se trouver dans les archives du Gers ou des Hautes-Alpes aux hasards de donations des collectionneurs.

Portfolio

A noter

  • Le Corpus des sceaux français du Moyen Âge en 2 tomes, édités par les Archives nationales et diffusés par la Documentation française (29 Quai Voltaire à Paris) est un ouvrages remarquablement bien faits, avec photos de tous les sceaux décrits. Ils représentent la somme des connaissances actuelles sur ce sujet.
  • Pour les passionnés des sceaux picards, l’Inventaire des sceaux de l’Artois et de la Picardie de Germain Demay a été à Paris en 1877. Il peut être consulté aux Archives nationales ainsi qu’en ligne